Politique

Selim Kharrat : « Ennahdha tente de garantir son existence »

Selim Kharrat, directeur exécutif de Al Bawsala.

Selim Kharrat, directeur exécutif de Al Bawsala. © Nicolas Fauqué/www.imagesdetunisie.com

Politologue, président de l’ONG Al Bawsala, Selim Kharrat décrypte pour Jeune Afrique le nouvel équilibre des pouvoirs qui s’est installé en Tunisie.

Jeune Afrique : Ennahdha est-elle à l’origine de la crise ?

Selim Kharrat : Le dénominateur commun, depuis la première tentative de formation d’un gouvernement par Habib Jemli jusqu’à la proposition d’Elyes Fakhfakh, est la méfiance entre les différents partis.

Par ailleurs, Ennahdha est dans une sorte de déni ; bien qu’elle ait perdu la main avec l’échec de Habib Jemli et ne dispose que de 52 sièges – 70 au maximum avec ses alliés –, elle a continué à avoir une attitude hégémonique dans les négociations. Cela a contribué à braquer les uns contre les autres et à empêcher de trouver un terrain d’entente.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte