Banque de développement

Pourquoi Akinwumi Adesina a sorti les grands moyens face aux critiques de la Banque mondiale

JA3085_FAF

JA3085_FAF © Akinwumi Adesina et David Malpass - Vincent Fournier/JA - Ludovic Marin/AP/SIPA

À trois mois du scrutin qui décidera de son sort à la tête de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina se serait bien passé d’une joute avec David Malpass, le président du groupe de la Banque mondiale.

La réponse tranchante du président de la BAD, Akinwumi Adesina, le 13 février, aux critiques émises par David Malpass, patron de la Banque mondiale, a surpris. L’Américain avait fustigé les « énormes quantités d’argent » prêtées par la BAD au Nigeria et à l’Afrique du Sud (entre autres) dans des contextes douteux. D’ordinaire charmeur en public, le dirigeant africain a cette fois dénoncé emphatiquement des propos « inexacts » et dénigrant « l’intégrité » de la BAD, et rappelé le portefeuille de crédit de la Banque mondiale au Nigeria : 8,3 milliards de dollars, contre 2,1 milliards pour la BAD.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte