Justice

Algérie : Anis Rahmani, un intouchable derrière les barreaux

Anis Rahmani, le patron d'Ennahar

Anis Rahmani, le patron d'Ennahar © Capture d'écran/DR

Le PDG de la chaîne Ennahar TV était un proche de Saïd Bouteflika, l’ancien influent conseiller à la présidence.

L’absence de la chaîne Ennahar TV à la conférence de presse tenue en janvier par le président Abdelmadjid Tebboune était déjà un signe de la disgrâce de son patron, Anis Rahmani, de son vrai nom Mohamed Mokaddem. Et il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que celle-ci se traduise sur le terrain judiciaire.

PDG du groupe Ennahar, qui comprend la chaîne de télévision éponyme ainsi qu’un quotidien en arabe à grand tirage, Rahmani a été placé le 13 février sous mandat de dépôt à la prison de Koléa, à l’ouest d’Alger. Au terme d’une garde à vue de plus de 24 heures, il a été mis en examen pour « acquisition d’avantages indus » et « détention de comptes bancaires à l’étranger ».

L’ascension fulgurante

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte