Arts

Une rétrospective consacrée au plasticien sud-africain William Kentridge à Lille

En octobre 2017, dans son studio de Maboneng, à Johannesburg, durant la création du film Love Songs from the Last Century.

En octobre 2017, dans son studio de Maboneng, à Johannesburg, durant la création du film Love Songs from the Last Century. © Stella Olivier

Figure majeure de la scène contemporaine, le Sud-Africain propose une œuvre protéiforme aux profondes implications humanistes. Une grande rétrospective lui est consacrée à Lille, tandis qu’il continue de travailler avec d’autres créateurs dans ses ateliers de Johannesburg. Rencontre.

C’est le plus grand artiste africain vivant. Et si vous doutez de cette affirmation péremptoire, rendez-vous sans attendre au Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut de Lille Métropole (LaM) pour visiter la grande rétrospective qui lui est consacrée, « Un poème qui n’est pas le nôtre », jusqu’au 5 juillet. Pour la première fois en France, le travail du Sud-Africain bénéficie d’une exposition majeure, et il faut en profiter pour s’immerger pleinement dans cette œuvre riche, protéiforme et envoûtante.

En 1956, l’avocat Sydney Kentridge quittait régulièrement la maison familiale pour assurer la défense d’un certain Nelson Mandela, arrêté avec 155 membres influents du Congrès du peuple. Né le 28 avril 1955 à Johannesburg, son fils William avait alors 1 an. Le « procès de la trahison » durerait jusqu’en 1961.

« Au fond de notre jardin, il y avait un groupe de sapins, et sous notre véranda nous avions une table en mosaïque. Nous avions l’habitude d’en évoquer les carreaux. Alors pour moi, pendant toutes ces années, mon père est parti tous les jours vers les “arbres et carreaux”. Quand ma femme a vu que je fabriquais des arbres à partir de différentes feuilles de papier qui vont ensemble, comme des carreaux, elle m’a dit : “Oh, mon Dieu ! Tu peins encore le procès de la trahison” », raconte l’artiste dans Why Should I Hesitate: Putting Drawings to Work.

Fil rouge

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte