Sécurité

Au Mali, le jihadiste Amadou Koufa sous la pression de l’État islamique au grand Sahara

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 21 février 2020 à 09h44
Amadou Koufa, dans une vidéo de propagande diffusée le 28 février 2019 (image d'illustration).

Amadou Koufa, dans une vidéo de propagande diffusée le 28 février 2019 (image d'illustration). © Capture d'écran d'une vidéo de propagande jihadiste

Le chef de la katiba Macina, Amadou Koufa, a perdu une partie de ses combattants au profit de l’État islamique au grand Sahara (EIGS).

Dans une note interne datée du 3 février, les analystes de la Minusma s’inquiètent de l’émergence dans la région de Nampala (centre du Mali) d’un nouveau groupe jihadiste, qui a prêté allégeance à l’État islamique quelques jours plus tôt et a revendiqué la double attaque du 30 janvier contre des postes militaires à Sarkala.

Inféodation à Iyad Ag Ghaly

Il serait notamment composé de combattants peuls qui faisaient jusque-là partie de la katiba Macina d’Amadou Koufa, affiliée au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). D’autres ex-fidèles de Koufa auraient également quitté récemment cette katiba pour se rapprocher de la mouvance de l’État islamique au grand Sahara (EIGS) d’Abou Walid al-Sahraoui.

Ils reprochent à Koufa son inféodation à Iyad Ag Ghaly, la manière dont il répartit les butins de guerre et sa gestion des questions foncières.

Ces dernières semaines, plusieurs accrochages ont opposé des hommes de la katiba Macina à ceux de l’EIGS, notamment à Dogo, au nord de Mopti, le 9 janvier.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte