Diplomatie

G5 Sahel : la piqûre de rappel du ministre burkinabè Alpha Barry aux bailleurs de fonds

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Quartier général de la force conjointe G5 Sahel basée à Sévaré, en octobre 2017.

Quartier général de la force conjointe G5 Sahel basée à Sévaré, en octobre 2017. © Flickr / MINUSMA/Harandane Dicko

Le ministre burkinabè des Affaires étrangères souhaite que les bailleurs de fonds respectent leurs promesses de financement du G5 Sahel.

Alpha Barry, le ministre burkinabè des Affaires étrangères, s’active pour inciter les bailleurs de fonds à respecter leurs promesses de financement du G5 Sahel.

L’Arabie saoudite en première ligne

L’Arabie saoudite doit encore verser 100 millions de dollars. Le sommet arabo-africain, prévu à la mi-mars à Riyad et auquel compte se rendre Barry, sera l’occasion d’aborder cette question.

À la fin de janvier, les Émirats arabes unis ont par ailleurs assuré au Burkinabè qu’ils allaient verser les 20 millions de dollars promis. Enfin, la Chine ne s’est pas non plus acquittée des 300 millions de yuans (près de 40 millions d’euros) promis en 2019. Des discussions sont en cours entre Pékin, l’UA et Roch Marc Christian Kaboré.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte