Politique économique

Un petit mieux pour l’économie camerounaise, malgré la crise anglophone

Réservé aux abonnés | | Par
IMF Deputy Managing Director Mitsuhiro Furusawa speaks during an interview with Reuters at Asian Development Bank (ADB)'s annual meeting in Yokohama, south of Tokyo, Japan May 5, 2017. REUTERS/Issei Kato - RC112B904600....

IMF Deputy Managing Director Mitsuhiro Furusawa speaks during an interview with Reuters at Asian Development Bank (ADB)'s annual meeting in Yokohama, south of Tokyo, Japan May 5, 2017. REUTERS/Issei Kato - RC112B904600.... © Issei Kato/REUTERS

Malgré une situation toujours tendue dans les deux régions anglophones du pays et des arriérés de paiement toujours présents, Douala bénéficie du soutien du FMI et voit ses perspectives de croissance s’améliorer légèrement.

En dépit du conflit qui persiste pour la troisième année consécutive dans les régions anglophones du nord-ouest et du sud-ouest du pays, Fitch Solutions Macro Research estime que la croissance camerounaise atteindra 5 % en 2020, contre 4,5 % en 2019.

Douala a par ailleurs bénéficié de deux décaissements du FMI, de 76,2 et de 76,1 millions de dollars, en juillet 2019 et en janvier 2020, malgré des performances « relatives ». Les autorités camerounaises, qui ont continué à accumuler des arriérés de paiement, contrairement aux recommandations de l’institution financière, ont bénéficié d’une dérogation de cette dernière, qui a pris en compte les « mesures correctives » désormais adoptées. « Les réformes structurelles avancent, mais avec des retards », a reconnu Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du FMI.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte