Dossier

Cet article est issu du dossier «L'eco, monnaie de la discorde en Afrique de l'Ouest»

Voir tout le sommaire
Politique économique

[Infographie] Quels rapports de force sur l’eco face à Abuja ?

Muhammadu Buhari et Alassane Ouattara

Muhammadu Buhari et Alassane Ouattara ©

Face au mastodonte nigérian, qui représente à lui seul près de 70 % du PIB des quinze pays de la Cedeao, et plus de 80 % avec ses pairs de la Zone monétaire ouest-africaine (Zmao), le rapport de forces pourrait se rééquilibrer si de nouveaux pays rejoignaient l’Uemoa. Intéressé par l’eco telle que présentée en décembre dernier par Alassane Ouattara, avec une parité fixe par rapport à l’euro, le Ghana pourrait faire la différence. Tout comme le Cap-Vert dont la monnaie est déjà arrimée à l’euro par une parité fixe et garantie par le Portugal.

 

 

 

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte