Transport maritime

Après l’éviction de Bolloré, un risque d’enlisement au port autonome de Douala ?

Débarquement au Port autonome du Douala, le 5 janvier 2012.

Débarquement au Port autonome du Douala, le 5 janvier 2012. © Patrick DONGO pour JA

Alors que les groupes Bolloré et Maersk ont été écartés en décembre de la gestion du terminal à conteneurs du port de Douala, celui-ci a enregistré en janvier une baisse drastique d’activité.

Un mois après avoir réquisitionné, le 31 décembre 2019, le matériel et une partie du personnel de Douala International Terminal (DIT, filiale des groupes Bolloré et Maersk), le Port autonome de Douala (PAD) a subi une baisse de 25 % du trafic de conteneurs par rapport à la même période l’année précédente.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte