Politique

Interpellation de Jaynet Kabila en RDC : le FCC dénonce une « provocation de trop »

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 10 février 2020 à 12:44

Jaynet Kabila, la sœur jumelle de Joseph Kabila © Capture d’écran Youtube / Digitalcongo

Le 30 janvier, à l’aéroport de Ndjili-Kinshasa, un agent de la Direction générale de migration (DGM) a fait sortir la soeur de l’ancien président Joseph Kabila de l’avion dans lequel elle avait pris place et qui s’apprêtait à décoller pour l’Afrique du Sud.

La députée Jaynet Kabila, sœur jumelle de l’ex-président, a été soumise à un contrôle et à un interrogatoire de quelques minutes. D’autres officiers de la DGM l’ont ensuite raccompagnée à bord.

Climat apaisé avec Tshisekedi

Selon nos informations, l’agent qui a procédé à cette interpellation a été auditionné par le Conseil national de sécurité, que coordonne François Beya, le conseiller à la sécurité du président, Félix Tshisekedi.

Puis, le 5 février, « l’affaire Jaynet » a été évoquée lors d’une réunion du FCC (la coalition de Joseph Kabila), que présidait Néhémie Mwilanya. Les participants auraient exprimé leur indignation, estimant qu’il s’agissait d’une « provocation de trop ».

Ils sont toutefois convenus de ne pas répliquer. Le même jour, une partie des stocks d’artillerie encore entreposés dans la résidence officielle (dite GLM) de Joseph Kabila a été ramenée à la Cité de l’Union africaine. Le FCC assure que ce transfert a été décidé dans un climat apaisé entre Tshisekedi et son prédécesseur.