Société

[Chronique] Mauritanie : quelle langue pour les débats au Parlement ?

Glez

© Glez

Quelle langue employer au Parlement mauritanien ? En tout cas, le français, c’est fini.

Si Cheikh Ould Baya, le président de l’Assemblée nationale, a affirmé que prononcer un discours en français dans l’hémicycle n’avait « plus de sens », le français n’en reste pas moins une langue de travail dans l’administration.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte