Dossier

Cet article est issu du dossier «Le Togo à la veille de la présidentielle»

Voir tout le sommaire
Politique

Les principaux adversaires de Faure Gnassingbé à la présidentielle au Togo

Des partisans de l'opposition togolaise, en juin 2013 (photo d'illustration).

Des partisans de l'opposition togolaise, en juin 2013 (photo d'illustration). © Erick Kaglan/AP/SIPA

La Cour constitutionnelle a rendu publique le 17 janvier la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle. Sur les dix dossiers qu’elle a reçus, la Commission électorale en a retenu sept – dont celui de Faure Essozimna Gnassingbé. Portrait des cinq principaux adversaires du président sortant.

• Jean-Pierre Fabre

Jean-Pierre Fabre (Togo), candidat de l'Union des Forces de Changement (UFC) à la présidentce de la République, lors de la campagne électorale en février 2010. À la suite de divergences de vues avec son ex-mentor Gilchrist Olympio qui décida de se rallier au pouvoir après l'élection de Faure Gnassingbé, il crée l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC) dont il est l'actuel président. A Lomé, le 7. 02.2010. © Vincent Fournier/JA

Jean-Pierre Fabre (Togo), candidat de l'Union des Forces de Changement (UFC) à la présidentce de la République, lors de la campagne électorale en février 2010. À la suite de divergences de vues avec son ex-mentor Gilchrist Olympio qui décida de se rallier au pouvoir après l'élection de Faure Gnassingbé, il crée l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC) dont il est l'actuel président. A Lomé, le 7. 02.2010. © Vincent Fournier/JA © Vincent Fournier/JA

À 67 ans, ce métis togolais d’ascendance française brigue la présidence pour la troisième fois. Il a toujours échoué à la deuxième place, récoltant 33,93 % des suffrages en 2010 et 35,19 % en 2015.

Porté par un vent d’optimisme issu des dernières municipales, où il a remporté la mairie de Lomé Golf 4, Jean-Pierre Fabre a annoncé en octobre son intention d’être le candidat de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), son parti.

L’ex-chef de file de l’opposition parlementaire continue néanmoins de prôner l’ouverture « sans délai » de discussions politiques avec le gouvernement, pour améliorer le cadre électoral et afin de s’entendre sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles nécessaires à l’organisation d’élections

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte