Transport maritime

Logistique : à Djibouti, plus belle la vie sans les émiratis

Le Doraleh Container Terminal de Djibouti a été créé de toutes pièces par DP World en 2008.

Le Doraleh Container Terminal de Djibouti a été créé de toutes pièces par DP World en 2008. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

Deux ans après l’expulsion de DP World, le terminal à conteneurs de Doraleh enregistre des résultats exceptionnels. Une victoire pour son manager et une revanche pour le pays.

Le 22 février 2018 fait désormais date à Djibouti et, plus généralement, en Afrique pour l’ensemble du secteur portuaire et maritime. Ce jour-là, les pouvoirs publics de la petite république avaient frappé fort en décidant unilatéralement de mettre un terme au contrat de concession, signé douze ans plus tôt, avec l’opérateur portuaire DP World pour la construction et la gestion sur trente ans du terminal à conteneurs de Doraleh (DCT). Une nationalisation sans précédent sur le continent, dont les répercussions continuent de se faire sentir sur les quais djiboutiens.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte