Dossier

Cet article est issu du dossier «Au Maroc, une libéralisation du crédit pour booster l'entrepreneuriat»

Voir tout le sommaire
Politique économique

Maroc : des crédits à 2 % pour booster l’entrepreneuriat dans les villes

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 11 février 2020 à 16h43
Salle des marchés de la Banque Populaire de Casablanca au Maroc

Salle des marchés de la Banque Populaire de Casablanca au Maroc © Guillaume Mollé pour JA

Avec un budget de 6 milliards de dirhams sur trois ans, le fonds spécial « d’appui au financement de l’entrepreneuriat » permettra de garantir les emprunts des porteurs de projets.

En ancien banquier chevronné, Mohamed Benchaâboun, le ministre marocain de l’Économie et des Finances, n’a pas eu trop de mal à monter le fonds spécial « d’appui au financement de l’entrepreneuriat », prévu initialement dans la loi de finances 2020. Ses relations dans la sphère financière ont permis de convaincre le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) de l’alimenter à hauteur de 3 milliards de dirhams (278 millions d’euros), soit autant que la contribution du budget de l’État.

Cette manne de 6 milliards de dirhams, sur trois ans, devrait pour l’essentiel servir à la garantie des crédits accordés aux futurs porteurs de projet en milieu urbain. La population cible s’élève, selon les officiels, à près de 1 million de personnes, pour lesquelles aucune garantie ne sera exigée.

Refinancement illimité

Pour ces emprunts, un taux fixe de 2 % sera appliqué par les banques, qui s’engagent à une simplification des procédures, une gratuité des frais de dossier et une réponse au porteur du projet dans un délai maximal de trois semaines.

L’application de ce taux historiquement bas a été rendue possible par un mécanisme de refinancement mis en place par Bank Al Maghrib. La gardienne du temple ouvre les vannes au refinancement illimité de tous les crédits bancaires, accordés dans le cadre de ce programme, qu’il s’agisse d’exploitation ou d’investissement à un taux préférentiel.

En substance, les banques vont pouvoir emprunter à un taux d’intérêt référentiel de 1,25 %, soit 100 points de base par rapport au niveau du taux directeur (2,25 %). Abdellatif Jouahri, le gouverneur de la Banque centrale, a aussi promis aux banques de revoir à la baisse les exigences en fonds propres pour ce qui est des crédits accordés aux TPME.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte