Politique

Tunisie : Ennahdha passe à l’offensive pour contrer Elyes Fakhfakh

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le chef du gouvernement tunisien,  Elyes Fakhfakh, le 24 janvier 2020.

Le chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfakh, le 24 janvier 2020. © Hassene Dridi/AP/SIPA

Désapprouvant la décision d’Elyes Fakhfakh de ne pas intégrer Qalb Tounes à son futur gouvernement, le parti islamiste déploie une stratégie en plusieurs étapes pour lui barrer la route.

La fragilité de la situation politique pousse Ennahdha, premier parti à l’Assemblée des représentants du peuple, à passer à l’offensive.

Désapprouvant qu’Elyes Fakhfakh exclue de son futur gouvernement des formations jugées proches de l’ancien régime (Parti destourien libre, Qalb Tounes), Ennahdha veut lui barrer la route en déposant une motion de censure.

Pour éviter des législatives anticipées, la formation islamiste compte par ailleurs proposer très vite une révision du Code électoral, en y adjoignant un seuil de représentativité électorale de 5 %.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte