Politique

Saccage de l’ambassade du Cameroun en France : Robert Wanto « wanted »

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Robert Wanto, dans une vidéo diffusée le 32 décembre 2018.

Robert Wanto, dans une vidéo diffusée le 32 décembre 2018. © Capture d'écran Youtube.

Le cofondateur de la première Brigade antisardinards est visé par une plainte déposée en France par les autorités camerounaises qui l’accusent d’être l’instigateur du saccage de l’ambassade du Cameroun à Paris, il y a un an.

Accusé d’être l’instigateur du saccage de l’ambassade du Cameroun en France (janvier 2019), pour lequel Yaoundé a porté plainte, Robert Wanto, président du Conseil des Camerounais de la diaspora et cofondateur de la première Brigade des antisardinards, comparaîtra ce 28 février, à Paris, devant le juge d’instruction.

Défendu par Me Florence Ngueyep Noumo, Wanto admet avoir organisé la manifestation, mais affirme qu’elle a dégénéré à la suite de l’intervention des forces de l’ordre françaises.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte