Diplomatie

Burkina : le discret appui de la France à l’évacuation sanitaire de Djibrill Bassolé

L’ancien ministre des Affaires étrangères (ici en 2015).

L’ancien ministre des Affaires étrangères (ici en 2015). © Camille Millerand pour ja

L’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré est arrivé en France le 29 janvier pour y être soigné. Quels ont été les facteurs de l’infléchissement de la position des autorités burkinabè sur le cas de Djibrill Bassolé ?

Atteint d’un cancer qui a fortement dégradé son état de santé, Djibrill Bassolé a été autorisé à quitter Ouagadougou. Il a été admis à l’hôpital Foch de Suresnes (près de Paris) le 29 janvier.

Ces dernières semaines, les autorités burkinabè ont progressivement infléchi leur position pour autoriser l’évacuation sanitaire de l’ex-ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré.

Kaboré « jamais opposé »

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte