Politique

En visite à Kondengui, Akere Muna encourage Julius Sisiku Ayuk Tabe à ouvrir le dialogue

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Akere Muna, avocat camerounais et candidat à la présidentielle de 2018

Akere Muna, avocat camerounais et candidat à la présidentielle de 2018 © Nicolas Eyidi/Jeune Afrique

En prison, le leader séparatiste anglophone Julius Sisiku Ayuk Tabe a reçu la visite de son avocat, Me Akere Muna, avec lequel il a abordé la tenue du symposium sur le Cameroun, prévu en avril au Kenya.

Le 28 janvier, l’avocat Akere Muna a rencontré le leader séparatiste anglophone Julius Sisiku Ayuk Tabe, son client, à la prison principale de Kondengui. Condamné, en août 2019, à une peine de prison à vie pour actes de « sécession » et de « terrorisme », ce dernier a fait appel.

Les deux hommes ont évoqué le symposium sur le Cameroun. Ce colloque, qui doit se tenir au Kenya en avril, vise à aider les autorités camerounaises à trouver une solution durable au conflit anglophone.

Selon nos sources, Muna a encouragé son interlocuteur à préférer le dialogue à la lutte armée. L’ex-bâtonnier (et opposant au régime) ne souhaite pas jouer de rôle majeur dans l’organisation du symposium, de crainte que Yaoundé ne se montre encore plus réticent à y participer.

Afin de convaincre les autorités, le comité d’organisation, installé à Addis-Abeba, compte ouvrir un bureau dans la capitale camerounaise avant mars.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte