Diplomatie

Algérie : le général Hocine Benhadid soigné à Paris

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 31 janvier 2020 à 11h52
Hocine Benhadid est remis en liberté le 2 janvier, dans l’attente de son jugement.

Hocine Benhadid est remis en liberté le 2 janvier, dans l’attente de son jugement. © SAMIR SID

L’Algérien Hocine Benhadid, dont la santé s’était dégradée en détention, a pu se rendre en France pour y être soigné quelques jours après sa remise en liberté.

Remis en liberté provisoire le 2 janvier, le général à la retraite Hocine Benhadid a pu bénéficier d’une prise en charge médicale à l’étranger. Le 22, il s’est rendu en France pour y recevoir des soins et poursuivre sa rééducation. Sur instruction personnelle du chef d’État major par intérim, Saïd Chengriha, ces soins sont pris en charge par l’État algérien.
Sa santé s’était dégradée depuis que, en chutant dans sa cellule, il s’était fracturé le bassin. Benhadid avait été emprisonné en 2015, puis en mai 2019, après avoir ouvertement contesté l’autorité de Gaïd Salah, le chef d’état-major de l’armée. Le décès de celui-ci, le 23 décembre dernier, avait ouvert la voie à sa libération.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte