Politique

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara envisage un remaniement, deux ministres sur la sellette 

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 27 janvier 2020 à 11h04
Le président ivoirien Alassane Ouattara donnant un discours le 19 novembre dernier à Berlin.

Le président ivoirien Alassane Ouattara donnant un discours le 19 novembre dernier à Berlin. © John MacDougall/AP/SIPA

Le chef de l’État ivoirien, qui envisage de remanier prochainement le gouvernement, est face à un dilemme. Deux ministres aux ambitions présidentielles sont sur un siège éjectable.

Alassane Ouattara (ADO) envisage de remanier son gouvernement dans les prochaines semaines. Deux ministres sont sur la sellette : Albert Toikeusse Mabri (Enseignement supérieur) et Marcel Amon-Tanoh (Affaires étrangères). L’un des deux devrait être réaffecté à la présidence du Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec), vacante depuis le décès de Charles Koffi Diby, en décembre dernier.

Le chef de l’État, qui n’a pas encore tranché, est face à un dilemme. D’un côté, il ne souhaite pas ouvrir un front avec Amon-Tanoh, alors qu’il vient déjà de « divorcer » d’un autre de ses proches, Guillaume Soro. De l’autre, il se doit de respecter une logique régionale : depuis l’accession d’ADO au pouvoir en 2011, le président du Cesec a toujours été originaire de l’Ouest, comme c’est justement le cas de Toikeusse Mabri.

Les deux ministres nourrissent des ambitions présidentielles. Sommé de préciser ses intentions à ADO au début de janvier, Amon-Tanoh a fait profil bas au cours de cet entretien tendu, mais ne renonce pas pour autant à son idée. Quant à Toikeusse Mabri, il est sous pression : les militants de son parti, l’UDPCI, le poussent à se présenter sous cette étiquette, en dépit de son appartenance au RHDP.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte