Politique

Cameroun : pourquoi Jean Perrial Nyodog a été limogé

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Jean Perrial Nyodog, l’ancien directeur général de Tradex.

Jean Perrial Nyodog, l’ancien directeur général de Tradex. © Eric LARRAYADIEU pour JA

Débarqué de la direction générale de Tradex malgré ses bons résultats, Jean Perrial Nyodog a été victime d’une intrigue à laquelle il n’a pas survécu.

Le 12 décembre 2019, lors d’un conseil d’administration extraordinaire, Jean Perrial Nyodog a été débarqué de la direction générale de Tradex, une société de produits pétroliers détenue à 54 % par la Société nationale des hydrocarbures (SNH). L’intéressé avait pourtant obtenu un résultat net de 10,3 milliards de F CFA en 2018. Problème : le 19 novembre dernier, il avait osé assigner en justice une autre entreprise publique, Eneo, pour le non-paiement d’une dette de 48 milliards de F CFA.

Cette initiative n’a pas été pardonnée à Nyodog, qui – de très bonne source – a été victime d’une intrigue à laquelle il n’a pas survécu : ses détracteurs ont proposé à Paul Biya de le nommer à la tête de la SNH. Cela a suffi à sceller son sort.

En effet, une copie de ce projet de nomination a été « opportunément » transmise au titulaire du poste, l’inamovible Adolphe Moudiki, un proche du président que des problèmes de santé ont contraint, ces dernières années, à s’établir en France. Ulcéré, Moudiki a aussitôt lâché Nyodog, qui a été limogé de Tradex. Simon Paley, jusqu’ici directeur commercial de la SNH, lui succède. Il est un parent d’Étienne Holong, le garde du corps qui sauva la vie de Paul Biya lors du putsch du 6 avril 1984.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte