Dossier

Cet article est issu du dossier «Espionnage : qui écoute qui en Afrique ?»

Voir tout le sommaire
Sécurité

Côte d’Ivoire : une longue tradition d’espionnage

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 19 juillet 2021 à 12h14
Jacques Foccart, secrétaire général pour la Communauté et les affaires africaines, et le président ivoirien Félix Houphouët-Boigny, à Paris, en 1973

Jacques Foccart, secrétaire général pour la Communauté et les affaires africaines, et le président ivoirien Félix Houphouët-Boigny, à Paris, en 1973 © AFP

De Félix Houphouët-Boigny à Alassane Ouattara, la surveillance des communications est indispensable aux présidents ivoiriens. Si les technologies employées sont traditionnellement françaises, la Côte d’Ivoire a pu également se tourner vers les services israéliens. En complément, l’assistance des pays voisins, des États-Unis ou de la France lui est précieuse.

Les années passent, les pratiques et les technologies évoluent, mais certaines choses ne changent pas en Côte d’Ivoire. Depuis Félix Houphouët-Boigny, c’est au sous-sol de la présidence, située dans le quartier du Plateau, à Abidjan, que se trouve le principal centre d’écoutes de l’État ivoirien. Très proche de Jacques Foccart, célèbre « Monsieur Afrique » de la Ve République, le père de l’indépendance ivoirienne avait préféré confier ce service, ô combien sensible, à des Français.

Cette tradition a été maintenue après sa mort, en 1993, et s’est même poursuivie sous la présidence de Laurent Gbagbo. L’équipe était alors constituée de six anciens gendarmes et d’un ex-colonel, tous à la retraite. Ils surveillaient principalement les lignes fixes grâce à un système de mots clés et transmettaient leurs rapports écrits tous les jours à Allou Eugène, le chef du protocole de Gbagbo, dans une grande enveloppe. Ce dernier faisait ensuite part à son patron des informations les plus importantes.

En froid avec les autorités françaises, l’ancien président ivoirien s’est peu à peu rapproché d’entreprises israéliennes. À partir de 2006, des anciens des services de renseignements de l’État hébreu installeront notamment une « valise » permettant de capter les communications dans un rayon de deux kilomètres au dernier étage du très chic Hôtel Ivoire.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer