Dossier

Cet article est issu du dossier «Identité et sécurité numériques : l'Afrique sur la bonne voie ?»

Voir tout le sommaire
IDEMIA
Sécurité

Espionnage : VasTech, la surveillance numérique made in Afrique du Sud

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 31 janvier 2020 à 17h11
Dispositif d'écoute des communications (illustration)

Dispositif d'écoute des communications (illustration) © Mussi Katz (CC)

La société sud-africaine VasTech figure parmi les acteurs de la surveillance capables de vendre des solutions à des États pour filtrer des volumes d’échanges de données considérables. Comme ses concurrentes occidentales, son activité est pointée du doigt pour les risques qu’elle comporte.

Parmi les entreprises les plus efficaces du monde de l’espionnage, beaucoup d’occidentales, bien sûr, mais aussi une africaine. Créée en 1999 à Stellenbosch, en Afrique du Sud, VasTech vend ses services en Afrique et au-delà, et vante sa capacité de « détection » des communications par satellite, téléphone fixe et mobile ou câble de fibre optique.

Parmi ses principaux clients : le gouvernement sud-africain, qui, surtout après le 11 septembre 2001, a contribué à en faire l’un des leaders du marché.

Sous l’impulsion de son fondateur, Frans Dreyer (frère d’Anchen, la députée de l’Alliance démocratique), la société VasTech a équipé la Libye de Mouammar Kadhafi, à qui elle a vendu le système « Zebra » d’interception de communications, capable d’enregistrer simultanément 100 000 appels téléphoniques.

La surveillance de masse, un business controversé

Puis elle a continué sa progression. Selon nos sources, elle aurait travaillé au Zimbabwe et serait toujours présente, entre autres, en Algérie. VasTech, dont le fondateur est décédé en 2010 dans le crash de son avion en Libye, a commercialisé au moins trois logiciels : Portevia (pour les câbles à fibre optique), Strata (pour les appareils mobiles) et Galaxia (pour les communications satellitaires).

L’entreprise alimente en outre une base des données interceptées, à laquelle ses clients peuvent accéder pendant trois ans. L’ONG Privacy International l’accuse de fournir des technologies à des régimes pratiquant une surveillance de masse. Elle réplique qu’elle se borne à fournir des solutions pour lutter contre « la criminalité transfrontalière et internationale ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte