Politique

Cameroun : le combat de Michel Thierry Atangana inspire une proposition de loi française

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le Camerounais Michel Thierry Atangana

Le Camerounais Michel Thierry Atangana © Vincent Fournier/JA

La proposition de loi déposée à l’Assemblée nationale française par Pierre-Alain Raphan, député LREM, pourrait offrir aux victimes de détention arbitraire à l’étranger une protection en France.

Le 17 décembre, Pierre-Alain Raphan, député LREM (majorité), a déposé une proposition de loi à l’Assemblée nationale française visant à faire reconnaître en droit français les avis (jusque-là consultatifs) du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire.

Mécanisme national de soutien

Élaboré avec le Béninois Roland Adjovi, vice-président du groupe onusien, ce texte vise à offrir aux victimes de détention arbitraire à l’étranger « une protection » en France et une « réparation facilitée à travers un mécanisme national de soutien ».

Il s’inspire du combat de Michel Thierry Atangana, ce Français d’origine camerounaise qui a été emprisonné au Cameroun durant dix-sept ans. Depuis sa grâce, en 2014, il demande à la France de l’aider à obtenir réparation.

Selon nos sources, la proposition, qui engagerait la diplomatie française aux côtés des victimes reconnues par l’ONU, sera mise en avant par le groupe LREM et examinée avant septembre, avec l’aval du Quai d’Orsay et de l’Élysée, où Jean-Yves Le Drian et Patrick Strzoda, directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, appuient la requête d’Atangana.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte