Politique

Gabon : l’avocate française d’Ali Bongo Ondimba reprend du service à Libreville

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Ali Bongo Ondimba, lors du conseil des ministres du 2 octobre 2019.

Ali Bongo Ondimba, lors du conseil des ministres du 2 octobre 2019. © DR / Présidence gabonaise

Claude Dumont-Beghi avait été écartée après la diffusion d’un documentaire de France 2 sur Ali Bongo Ondimba, jugé calamiteux par le Palais du bord de mer et dont elle avait défendu le tournage.

L’avocate Claude Dumont-Beghi a de nouveau les faveurs du Palais du bord de mer. Un temps écartée après la diffusion d’un documentaire de France 2 sur Ali Bongo Ondimba (jugé désastreux par la présidence et dont elle avait soutenu le tournage), la Française a repris son travail auprès de Sylvia Bongo Ondimba, la première dame, et de Noureddin Bongo Valentin, le coordinateur général des Affaires présidentielles.
Pour le compte de ce dernier, elle a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse devant la justice gabonaise, après que trois organisations de la société civile ont lancé des procédures contre son client, qu’elles accusent de « corruption ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte