Télécoms

Orange à deux doigts de prendre le contrôle de sa filiale en Tunisie ?

JA3080_FAF

JA3080_FAF ©

La levée des sanctions européennes ciblant Marouane Mabrouk, principal actionnaire d’Orange Tunisie pourrait accélérer la prise de contrôle par l’opérateur français sur sa filiale tunisienne. Mais Tunis est-il prêt à l’accepter ?

Les deux hommes sont très proches, mais, ces dernières années, Marouane Mabrouk s’est plus apparenté à un poids qu’à un partenaire stratégique pour Stéphane Richard, le PDG d’Orange. De 2011 à 2019, l’entrepreneur tunisien, ex-époux de Cyrine Ben Ali, la troisième fille de feu le président déchu, a vu ses avoirs gelés par l’UE. En cause, des soupçons de biens mal acquis, dont les 51 % d’Orange Tunisie qu’il possède depuis la création de l’opérateur en 2010, via son holding Investec.

Prise de participation majoritaire

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte