Politique

Mauritanie : mis à l’écart par le président Ghazouani, son prédécesseur Aziz rumine un éventuel retour

Au château de La Celle-Saint-Cloud, à l’ouest de Paris, où se tenait une réunion de soutien au G5 Sahel, en décembre 2017.

Au château de La Celle-Saint-Cloud, à l’ouest de Paris, où se tenait une réunion de soutien au G5 Sahel, en décembre 2017. © HAMILTON/REA

En rompant avec son ex-dauphin et successeur, Mohamed Ould Abdelaziz s’est plus que jamais isolé des sphères du pouvoir. Mais l’ancien président refuse de s’avouer vaincu.

À Nouakchott ce 19 décembre, reclus chez lui, Mohamed Ould Abdelaziz ne décolère pas. L’ancien président estime être depuis plusieurs jours la cible de tracasseries administratives l’empêchant de tenir une conférence de presse dans l’un des hôtels de la capitale.

Lui qui, hier encore, était l’homme fort de la Mauritanie serait désormais tributaire du bon vouloir d’un simple préfet. Il s’impatiente, la situation l’insupporte. Il se sent trahi. « Je suis persécuté », déclare-t-il d’emblée aux journalistes qu’il a finalement reçus à son domicile à la nuit tombée. Et de dénoncer un « acharnement » à son encontre après que plusieurs médias locaux ont préféré ne pas couvrir cette allocution.

Aziz a toujours été dans la confrontation. S’il n’a pas d’adversaire coriace face à lui, il se pose en victime

« Aziz a toujours été dans la confrontation, précise le capitaine Ely Ould Krombelé, un ami de jeunesse. S’il n’a pas d’adversaire coriace face à lui, il se pose en victime. » En rompant subitement avec son dauphin et successeur, Mohamed Ould Ghazouani, qui a catégoriquement refusé qu’il prenne le leadership de l’Union pour la république (UPR), Aziz s’est totalement isolé des sphères du pouvoir. Tant qu’il reste campé sur ses positions, l’ex-président n’existe ainsi politiquement que dans l’opposition au nouveau chef de l’État.

Mohamed Ould Abdelaziz est désemparé car il a face à lui un homme puissant mais calme qui refuse de rentrer dans son jeu

« Il est désemparé car il a face à lui un homme puissant mais calme qui refuse de rentrer dans son jeu », ajoute un ex-collaborateur. Si les deux hommes, auparavant en contact permanent, ne se sont pas parlé depuis le 22 novembre, Ghazouani, qui déteste le conflit et prend soin de ne froisser personne, continue en effet de se montrer très disposé à l’égard de son prédécesseur.

Selon nos informations, les deux « frères » n’ont pas conclu d’accord politique avant le scrutin de juin dernier, pas plus qu’ils ne se sont entendus sur un futur partage du pouvoir.

Ghazouani était d’accord pour accorder d’éventuelles faveurs à son plus proche ami, mais il n’a jamais imaginé ne pas être le chef de sa propre majorité. De son côté, l’ancien chef de l’État, intimement persuadé qu’il aurait toute latitude, a franchi la ligne rouge en se présentant publiquement comme la « référence » de l’UPR.

Directif et impulsif

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte