Dossier

Cet article est issu du dossier «Royaume-Uni - Afrique : vers un New Deal»

Voir tout le sommaire
Bourse

Brexit : quelle destination pour les prochaines IPO africaines ?

Introduction d’Airtel Africa à la Bourse de Londres, le 28 juin 2019.

Introduction d’Airtel Africa à la Bourse de Londres, le 28 juin 2019. © Courtesy of London Stock Exchange Group

« Le London Stock Exchange (LSE) est certainement la première place financière d’Afrique aujourd’hui. » Cette affirmation récente d’un analyste financier britannique pourrait bien être mise à mal par le Brexit.

Bien sûr, le statut de plaque tournante de la finance internationale acquis par le Royaume-Uni depuis l’aube du capitalisme ne sera pas remis en question à moyen terme. Mais pourra-t-il continuer pour autant à fournir sa vaste gamme de services aux investisseurs africains, notamment dans le domaine des opérations d’introduction en Bourse (IPO) ? « Même si les mécanismes existants sont parfaitement huilés et bien identifiés par les communautés d’affaires, d’autres routes financières peuvent être à considérer », estime notre expert.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte