Justice

Gabon : Noël à l’isolement pour Brice Laccruche Alihanga

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 13 janvier 2020 à 11h30
Brice Laccruche Alihanga, à Libreville le 13 juin 2018.

Brice Laccruche Alihanga, à Libreville le 13 juin 2018. © David Ignaszewski pour JA

Brice Laccruche Alihanga (BLA), l’ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, a passé les fêtes de fin d’année dans une cellule d’isolement de la Prison centrale de Libreville, d’où il n’a pas été extrait pour assister à la messe de Noël.

Le lendemain, son « otite aiguë », que ses avocats avaient signalée, n’était toujours pas soignée. Elle s’est même aggravée le 29 décembre, poussant la consule générale de France au Gabon, Marguerite Francy Degardin, à exiger et à obtenir du régisseur une prise en charge (BLA, né à Marseille, a la nationalité française).

Des charges encore non publiques

Depuis le 1er janvier, il dort seul dans sa cellule de 9,2 m², qu’il partageait jusqu’alors avec deux détenus de droit commun. En présence de gardiens, il voit son épouse trois fois par semaine, avec qui il n’a droit à aucun contact physique.

Enfin, deux juges ont ouvert des enquêtes, mais les charges retenues contre lui n’ont pas encore été rendues publiques.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte