Transport aérien

Ethiopian Airlines, touché mais pas coulé

Tewolde GebreMariam, directeur général d’Ethiopian Airlines, répond fin novembre aux questions de JA dans la palmeraie d'un grand hôtel de Rabat lors de la cinquantième assemblée générale de l’Association des compagnies aériennes africaines (Afraa). le 27 novembre 2018.
© M'HAMMED KILITO pour JA

Tewolde GebreMariam, directeur général d’Ethiopian Airlines, répond fin novembre aux questions de JA dans la palmeraie d'un grand hôtel de Rabat lors de la cinquantième assemblée générale de l’Association des compagnies aériennes africaines (Afraa). le 27 novembre 2018. © M'HAMMED KILITO pour JA © M’HAMMED KILITO pour JA

Il y a un an, Tewolde GebreMariam, directeur général d’Ethiopian Airlines, nous confiait son ambition de faire de sa compagnie un « super-connecteur mondial ». Le crash de son Boeing 737 Max, survenu en mars 2019, a durement affecté le transporteur mais n’a pas brisé son élan.

Ses revenus annuels opérationnels à la fin de juillet étaient en hausse de 28,6 % à environ 3,9 milliards de dollars. Il y a quelques semaines, la compagnie a réceptionné son 120e appareil et est devenue le numéro 5 mondial par rapport aux destinations desservies.

Le crash du 737 Max est survenu alors qu’Ethiopian souhaitait accélérer son développement en ouvrant son capital et en devenant aussi actionnaires de compagnies nationales africaines. En novembre 2019, Tewolde GebreMariam affirmait qu’Ethiopian serait le dernier opérateur au monde à remettre en service cet appareil ; il attendait originellement la livraison de 30 autres Max.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte