Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d’Ivoire : quel avenir pour Guillaume Soro ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Côte d’Ivoire : soupçonné d’attenter à l’autorité de l’État, Guillaume Soro a-t-il encore un avenir politique ?

À l’étranger depuis plus de six mois, il a  tenté de rentrer à Abidjan le 23 décembre. Et renoncé in extremis.

À l’étranger depuis plus de six mois, il a tenté de rentrer à Abidjan le 23 décembre. Et renoncé in extremis. © ISSOUF SANOGO/AFP

Soupçonné de « tentative d’atteinte à l’autorité de l’État », l’ancien président de l’Assemblée nationale est visé par un mandat d’arrêt international. Et voit ses ambitions présidentielles compromises. Désormais opposant irréductible, peut-il rebondir ?

Où se trouve Guillaume Soro en ce début d’année 2020 ? À Paris, où il assure à certains avoir fêté Noël avec sa femme et ses enfants ? Ou plutôt à Barcelone, comme il l’a confié à d’autres interlocuteurs ? À 47 ans, il n’a pas eu beaucoup de mal à retrouver ses réflexes de vie dans la clandestinité.

Culture du secret, méfiance frisant la paranoïa, facilité à brouiller les pistes, tendance à cloisonner ses relations… ont toujours fait partie de son logiciel. C’était déjà le cas lorsqu’il était membre de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) ou, quelques années plus tard, au sein de la rébellion des Forces nouvelles.

Visé par un mandat d’arrêt international et contraint à l’exil en Europe depuis son retour avorté à Abidjan le 23 décembre dernier, il n’a aujourd’hui pas d’autre choix que de renouer avec ses vieilles habitudes.

Ultimes négociations

L’ancien président de l’Assemblée nationale préparait ce retour depuis plusieurs semaines. Il comptait lancer les activités de son mouvement politique, Générations et peuples solidaires (GPS), et entamer dans la foulée sa campagne en vue de la présidentielle d’octobre. À mesure que la date se rapprochait, des émissaires du pouvoir, de certains chefs d’État africains ou même de Blaise Compaoré contactait Soro pour tenter de l’en dissuader. « Nous avons essayé d’arranger les choses. Il fallait qu’il mette de l’eau dans son vin, mais cela n’a pas marché », explique un proche de l’ancien président burkinabè en exil à Abidjan.

D’ultimes négociations furent entamées dans les dernières soixante-douze heures, par le biais de différents canaux. Ainsi, Mory Cissé, homme de confiance de Soro, et le ministre de l’Artisanat, Sidiki Konaté, son bras droit du temps de la rébellion, furent au cœur des discussions. Quant au frère du chef de l’État et ministre des Affaires présidentielles, Téné Birahima Ouattara, il passa par Sindou Meïté, l’un des principaux collaborateurs de Soro.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte