Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d’Ivoire : quel avenir pour Guillaume Soro ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Côte d’ivoire : la villa de Marcory Résidentiel, l’autre affaire Soro

Guillaume Soro, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne.

Guillaume Soro, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne. © Issam Zelji/TRUTHBIRD MEDIAS pour JA

C’est l’autre accusation qui pèse sur Guillaume Soro : l’opposant est visé par une information judiciaire pour « détournement de deniers publics, recel et blanchiment de capitaux portant sur la somme de 1,5 milliard de F CFA [environ 2,3 millions d’euros] ».

Selon le procureur de la République, Richard Adou, cette procédure porte sur l’achat de la villa de Marcory Résidentiel, un quartier d’Abidjan, en 2008. Pour l’accusation, la bâtisse aurait été acquise grâce à des fonds provenant du Trésor public.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte