Télécoms

Privatisations en Éthiopie : et si MTN créait la surprise ?

De g. à d., Michael Joseph (Safaricom), Rob Shuter (MTN) et Alioune Ndiaye (Orange).

De g. à d., Michael Joseph (Safaricom), Rob Shuter (MTN) et Alioune Ndiaye (Orange). © Montage JA

Deux leaders des télécoms sont ouvertement candidats à l’acquisition d’une des deux licences que l’Éthiopie entend accorder d’ici à la fin de mars 2020 ; le français Orange et le kényan Safaricom. Mais le sud-africain MTN n’a pas forcément dit son dernier mot.

Orange, dirigé en Afrique et au Moyen-Orient par le Sénégalais Alioune Ndiaye, et le kényan Safaricom qui s’est associé à son actionnaire panafricain Vodacom (filiale du britannique Vodafone), ont depuis longtemps exprimé leur intérêt pour le marché éthiopien.

Le coût d’une implantation dans le pays pourrait atteindre 1 milliard de dollars, en tenant compte de celui du déploiement du réseau, selon Michael Joseph, directeur général par intérim de Safaricom, jusqu’à la prise de fonctions, en avril, de Peter Ndegwa (ex-Diageo). Cette barrière à l’entrée sera-t-elle suffisante pour tenir à l’écart le groupe sud-africain MTN, réticent jusqu’à présent à exprimer clairement ses intentions ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte