Politique

Élections, sommets et Chinafrique… l’année 2020, croquée sur le vif

Réservé aux abonnés | |
Mis à jour le 01 janvier 2020 à 07h45

Par  Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Élections: je vote, tu votes, ils votent

Élections: je vote, tu votes, ils votent ©

De quoi sera fait 2020 ? Les grands rendez-vous à retenir de l’année à venir, vus par Damien Glez.

• Tunisie, qui est le président ? 

Qui est le président ?

Si sa campagne électorale a parfois manqué de souffle, sa victoire à la présidentielle n’a, elle, pas manqué de panache.

Le 13 octobre 2019, le timide professeur de droit Kaïs Saïed, 61 ans, est devenu chef de l’État avec 72 % des suffrages exprimés.

Plébiscité par une jeunesse prônant un certain « dégagisme », la personnalité de celui que l’on surnomme « le robot » en raison de son austérité fait l’objet de toutes les spéculations. L’année 2020 devrait nous éclairer sur ses choix politiques.

• Sommet Afrique-France : un peu de légèreté dans un monde de brutes

Un peu de légereté dans ce monde de brute.

Comme toujours, les organisateurs des sommets internationaux préfèrent choisir des thèmes consensuels, détachés de l’actualité politique.

Pour la 28e édition du Sommet Afrique-France, du 4 au 6 juin 2020, à Bordeaux, Stéphanie Rivoal, l’ambassadrice et secrétaire générale de l’événement, souhaite que soient menées des réflexions sur les « villes et territoires durables ». À moins que les questions de sécurité ne resurgissent et ne rattrapent la cinquantaine de chefs d’État qu’Emmanuel Macron a invités…

• Burkina Faso, un défi électoral

Le défi électoral du Burkina Faso

Comme son voisin malien en 2018, le Burkina Faso sera confronté, en 2020, à un immense défi : organiser un scrutin présidentiel crédible sur un territoire largement en proie à l’insécurité.

Nouvelle tête de pont d’un « Sahelistan » fantasmé par les jihadistes, le Pays des hommes intègres a vu – selon la terminologie de la diplomatie française – totalement disparaître ses zones à « vigilance normale » et éclore, en son centre, des zones « formellement déconseillées ». La moitié du territoire national est contaminée.

• Élections : je vote, tu votes, ils votent…

Élections: je vote, tu votes, ils votent

Panacée politique ou habile trompe-l’œil ? Ce ne seront pas les rendez-vous électoraux, et en particulier présidentiels, qui manqueront en 2020.

Du volcanique Burundi à l’exemplaire Ghana, en passant par le Togo, la Guinée, la Tanzanie, le Niger ou la Centrafrique, ces scrutins témoigneront de la diversité du continent en matière de maturité démocratique. Certains souvenirs de crises postélectorales douloureuses inspirent déjà la plus grande circonspection aux observateurs les plus aguerris.

• Côte d’ivoire, bis repetita ?

Bis repetita en Côte d'Ivoire

Nouvelle présidentielle, en octobre 2020, avec, à la manœuvre, quelques anciens acteurs qui ont tissé, ces vingt-cinq dernières années, toutes les coalitions imaginables, à défaut d’union nationale.

Entre « Front républicain », mouvement « Tout sauf Ouattara » et « Rassemblement houphouëtiste », à quel passé ressemblera l’avenir de la Côte d’Ivoire ? À moins que de jeunes-­anciens politiciens sortent du bois pour retirer le bâton de commandement des mains des plus de 60 ans…

• Chine-Afrique: et voilà Alibaba !

Chine-Afrique : et voilà Alibaba !

Souvent considéré comme le Bill Gates chinois, le fondateur d’Alibaba a mis une partie de sa fortune au service du continent africain. Retraité (à 55 ans) du géant de la vente en ligne, Jack Ma a créé une fondation pour soutenir les entrepreneurs africains dans le domaine des nouvelles technologies.

Lors d’une tournée qui l’a mené du Togo à l’Éthiopie, le milliardaire a affirmé : « L’Afrique d’aujourd’hui est comme la Chine d’il y a vingt ans. » L’année 2020 sera-t-elle celle du grand bond en avant ?

• Gambie : Jammeh, citoyen lambda ?

Le retour de Jammeh en Gambie

À Foni Sibanor, au cours de sa tournée baptisée « Meet the People », le président gambien a déclaré que Yahya Jammeh, son prédécesseur, pourrait revenir au pays, mais en qualité de simple citoyen.

Adama Barrow a en outre précisé que l’ex-homme fort de la Gambie, en exil depuis 2017 et qui brûle de faire son retour, ne pourra pas redevenir président, après vingt-deux années de pouvoir durant lesquelles ses miliciens se sont rendus coupables de nombreuses violations des droits de l’homme.

• Burundi : à la grâce de Dieu

Si Dieu le veut au Burundi

Au Burundi, l’année électorale qui s’annonce ne devrait pas être placée sous le signe de la laïcité. Adepte de l’Église du Rocher, Pierre Nkurunziza continuera de penser qu’il a été désigné par le Tout-Puissant et de marquer des buts pour le Alleluia FC.

La première dame, Denise Nkurunziza, continuera de prêcher, voire de sortir – comme en octobre dernier – des singles inspirés des chorales de gospel. Dérives jugées « sectaires » ou pas, les scrutins présidentiel, législatifs et communaux se dérouleront en mai et juin… si Dieu le veut.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte