Politique

Algérie : Saïd Bouteflika à la dérive à la prison militaire

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Saïd Bouteflika, le frère et conseiller de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika, en mai 2017 dans un bureau de vote (image d'illustration)

Saïd Bouteflika, le frère et conseiller de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika, en mai 2017 dans un bureau de vote (image d'illustration) © Sidali Djarboub/AP/SIPA

Selon ses proches, le frère du président déchu Abdelaziz Bouteflika vit très mal sa réclusion à la prison militaire de Blida.

Déféré le 7 décembre devant le tribunal d’Alger comme témoin dans le cadre du double procès des usines de montage automobile et du financement de la campagne électorale du candidat Bouteflika, Saïd Bouteflika a refusé de répondre au juge et au procureur.

Descente aux enfers

Selon ses proches, le frère du président déchu Abdelaziz Bouteflika, condamné le 25 septembre à quinze ans de prison, vit très mal sa réclusion à la prison militaire de Blida (50 km d’Alger), où il a dû revêtir l’uniforme carcéral.

Lors de ses promenades, il se parle à lui-même et se frappe le torse à coups de poing. Par ailleurs, il s’alimente peu et ne prend pas le traitement qui lui a été prescrit pour soigner une pathologie contractée avant sa détention.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte