Diplomatie

[Édito] L’Inde est le numéro cinq

Réservé aux abonnés | |

Par  Béchir Ben Yahmed

Béchir Ben Yahmed a fondé Jeune Afrique le 17 octobre 1960 à Tunis. Il est président-directeur général du groupe Jeune Afrique.

New Delhi.

New Delhi. © Andrzej Wrotek/Flickr

Reconnue et acceptée par « les cinq grands » en tant que sixième puissance nucléaire du monde, l’Inde est, depuis cette année 2019, la cinquième puissance économique de la planète, un rang qu’aucun pays ne lui dispute.

Avant que s’achève l’année 2019, je vous livre quelques informations significatives dont je pense, peut-être à tort, qu’elles ne sont pas suffisamment connues de la majorité d’entre vous.

1/ On s’extasie, ici et là, d’apprendre que les tweets que Donald Trump rend publics plusieurs fois par jour et dont il a fait son instrument de communication favori soient lus par autant de personnes, repris et commentés par la presse. On cite le chiffre impressionnant de 67 millions de followers. Mais si les médias relayent ces tweets, c’est parce que celui qui les signe est à la tête de la Maison-Blanche, que son avis et ses décisions comptent. Malmené par la majorité de la presse, Donald Trump a ainsi la possibilité de la contourner. Aux Américains et au reste du monde, il fait part directement, sans le truchement des médias, de ses réactions à telle ou telle initiative de ses pairs, ainsi que de ses décisions ou de ses intentions.

Les tweets Barack Obama trouvent une audience plus large et plus stable que ceux d’un Donald Trump bravache qui n’hésite pas à manier l’insulte la plus vulgaire

Ce que l’on sait moins et que beaucoup d’entre nous ignorent, c’est que le prédécesseur de Donald Trump, Barack Obama, utilise lui aussi Twitter pour donner son sentiment. Savez-vous combien il compte encore aujourd’hui de followers ? 111 millions, soit presque deux fois plus que Donald Trump. C’est là, à mon avis, un signe qui ne trompe pas, et Donald Trump devrait y prendre garde. Les tweets de Barack Obama, qui n’est aujourd’hui qu’un ancien président, sont ceux d’un homme expérimenté, instruit et extrêmement policé. Ils trouvent, néanmoins, une audience plus large et plus stable que ceux d’un Donald Trump bravache qui n’hésite pas à manier l’insulte la plus vulgaire.

2/ On nous parle beaucoup de la Chine, de ses performances, de ce que disent et font ses dirigeants, mais pratiquement pas de l’Inde. Pourtant, celle-ci affiche une croissance supérieure et sera bientôt le pays le plus peuplé du monde.

L’Inde accuse certes un énorme retard sur la Chine ; son revenu annuel par habitant est presque quatre fois inférieur. Mais, comme son grand voisin, elle est une puissance nucléaire (militaire). Ce qui est nouveau et significatif, c’est qu’elle est désormais reconnue et acceptée par « les cinq grands » en tant que sixième puissance nucléaire du monde. L’Inde est, en outre, depuis cette année 2019, la cinquième puissance économique de la planète, un rang qu’aucun pays ne lui dispute. Il reste cependant que la Chine et l’Inde ont encore un revenu annuel par habitant très inférieur à celui des trois autres grands : respectivement 11 000 dollars environ et 3 000 dollars.

Les trois autres grands ? Ils comptent parmi les plus riches de la planète : les États-Unis (63 000 dollars par personne par an), l’Allemagne (48 000 dollars) et le Japon (40 000 dollars) caracolent loin devant, et nul ne pense que les deux pays les plus peuplés d’Asie et du monde ont la moindre chance de les rattraper au cours de ce XXIe siècle.

Émergence de l'Amérique et de l'Allemagne, Renaissance de la Chine & La Chine plus que jamais l'atelier du monde Émergence de l'Amérique et de l'Allemagne, Renaissance de la Chine & La Chine plus que jamais l'atelier du monde

3/ J’ai évoqué la Chine. Les trois graphiques ci-dessus montrent son déclin vertigineux au XIXe siècle et son impressionnante remontée, amorcée il y a quarante ans. Ils indiquent aussi l’extraordinaire ascension des États-Unis entre 1880 et 1913. Le graphique numéro trois montre que la Chine est redevenue, à partir de 1980, « l’atelier du monde ».

4/ Les démographes nous rappellent, en cette fin d’année 2019, que la population mondiale vieillit à toute allure. Sauf en Afrique, où l’âge moyen reste inférieur à 30 ans, plus proche de 20 ans que de 30 ans. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous préviennent-ils, nous entrerons, à partir de 2020, dans une décennie où les plus de 30 ans constitueront la majorité de la population mondiale.

Les plus de 65 ans représenteront très bientôt plus de 10 % de la population mondiale

Les démographes n’ont pas encore calculé les conséquences de ce vieillissement de la race humaine. Elles seront, à n’en pas douter, énormes, si bien que, dès l’année prochaine, on nous parlera beaucoup de ces nations « devenues vieilles avant d’être riches… » Les plus de 65 ans représenteront très bientôt plus de 10 % de la population mondiale, et leur proportion dans les nations vieillissantes ira croissant. Des secteurs comme l’éducation, la santé, le tourisme, le transport aérien en seront transformés…

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte