Innovation

[Tribune] Services publics à portée de clic

Réservé aux abonnés | |
Mis à jour le 23 décembre 2019 à 16h49

Par  Oswald Padonou

Docteur en sciences politiques. Enseignant et chercheur en relations internationales et études de sécurité

Plusieurs passeports africains (photo d'illustration)

Plusieurs passeports africains (photo d'illustration) © Manu Brabo/AP/Sipa

L’innovation en matière de procédure administrative peut faire baisser des barrières qui entravent l’accès à des documents, des droits, ou contribuer à réduire la corruption.

En Afrique, quand on parle d’innovation, on pense instinctivement aux mutations technologiques, comme le passage de la 4G à la 5G, ou encore aux robots. Pas assez aux innovations de procédé et d’organisation telles que la simplification des demandes de documents administratifs grâce à des plateformes accessibles en ligne.

Ainsi, quand l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a défini les critères de sécurité des passeports électroniques, tous les États africains se sont conformés à cette obligation en acquérant de nouvelles technologies de production de ces documents de voyage. En revanche, la plupart n’ont ni allégé les procédures d’obtention ni rapproché les différents services des citoyens.

Le coût élevé des passeports, notamment dans les pays d’Afrique centrale, où il peut dépasser les 100 euros, sans compter de probables bakchichs

Obtenir un passeport, surtout quand on réside à l’étranger ou hors de la capitale, relève bien souvent du parcours du combattant. Il faut non seulement rassembler une montagne de documents, mais également, bien souvent, se lever aux aurores pour espérer être reçu par l’agent administratif. Lequel, malicieux, vous interroge dans l’une des langues locales, comme pour évaluer votre degré d’appartenance à la nation. J’en ai fait l’amère expérience à Porto-Novo. Il arrive d’ailleurs que des Béninois de l’étranger, et ceux ayant acquis la citoyenneté par le mariage ou grâce à des enfants vivant dans le pays, mais ne parlant aucun de ces idiomes, échouent à ce test atypique.

Dématérialisation

Mais il y a pire : le coût élevé des passeports, notamment dans les pays d’Afrique centrale, où il peut dépasser les 100 euros, sans compter de probables bakchichs. Ces tarifs prohibitifs constituent une véritable entrave à la liberté de circulation des citoyens.

Dans le domaine foncier aussi, la dématérialisation effective des procédures et des actes de propriété peut représenter, pour les services publics comme pour les citoyens, une innovation majeure. Nul ne peut contester qu’elle aura des effets positifs sur l’économie : des hypothèques plus sûres et une corruption moindre, grâce à des contacts rendus moins fréquents entre usagers et agents publics.

La modernisation des services publics passe inéluctablement par des évolutions dans les processus, afin de les rendre accessibles au plus grand nombre

En somme, la modernisation des services publics passe inéluctablement par des évolutions dans les processus, afin de les rendre accessibles au plus grand nombre. Et les innovations immatérielles restent indispensables à la bonne exploitation des innovations technologiques.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte