Politique

Tunisie : Machrou Tounes à la manœuvre pour peser à l’Assemblée

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Rached Ghannouchi lors de la séance d'ouverture du nouveau parlement, le 13 novembre 2019 à Tunis.

Rached Ghannouchi lors de la séance d'ouverture du nouveau parlement, le 13 novembre 2019 à Tunis. © Hassene Dridi/AP/SIPA

En l’absence de majorité absolue pour le parti islamiste Ennahdha, arrivé en tête lors des élections législatives d’octobre dernier, les tractations vont bon train pour essayer de peser dans les futurs équilibres de l’Assemblée.

À l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), les négociations se poursuivent afin de donner à Ennahdha une majorité confortable.

Le député Hassouna Nasfi (Machrou Tounes) souhaite ainsi créer un groupe parlementaire puissant qui permette de contourner Qalb Tounes, la formation de Nabil Karoui, troisième force à l’ARP.

Pour ce faire, le fondateur du groupe Réforme nationale compte, avec l’approbation de Rached Ghannouchi, le président de l’ARP (et d’Ennahdha), rallier des élus – futurs dissidents – de Tahya Tounes, de Qalb Tounes et du Parti destourien libre.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte