Politique

Côte d’Ivoire : Nathalie Yamb, chronique d’une expulsion annoncée

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
L'activiste Nathalie Yamb.

L'activiste Nathalie Yamb. © Capture d'écran Twitter

Expulsée le 2 décembre vers Zurich, l’activiste suisse d’origine camerounaise Nathalie Yamb était dans le collimateur des autorités ivoiriennes depuis plusieurs semaines.

Ses publications sur les réseaux sociaux, virulentes à l’égard du gouvernement d’Alassane Ouattara, les agaçaient de plus en plus. Selon nos sources, la police avait discrètement lancé une enquête afin de déterminer si elle avait été naturalisée sous la présidence de Laurent Gbagbo.

Un passeport diplomatique délivré sous Gbagbo

L’ayant remarquée pour ses thèses antifrançaises, à l’époque de la rébellion, son gouvernement lui avait octroyé un passeport diplomatique en 2009.

Après avoir acquis la certitude qu’elle n’était pas ivoirienne, les autorités ont engagé la procédure : Diomandé Vagondo, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, a demandé à Siaka Dosso, le préfet de police d’Abidjan, d’ouvrir une enquête pour incitation à causer des troubles à l’ordre public.

La décision de l’expulser avait déjà été prise avant son audition, qui a eu lieu le 2 décembre. Dans la soirée, deux agents de police l’ont escortée à l’aéroport.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte