Politique

RDC : le ministre des Finances recadré

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président congolais Félix Tshisekedi.

Le président congolais Félix Tshisekedi. © DR / Présidence RDC

José Sele Yalaghuli, ministre congolais des Finances, est accusé de bloquer les autorisations de paiement nécessaires au bouclage du « programme d’urgence des cent jours » de Félix Tshisekedi. Des attaques rejetées par le cabinet du ministre, qui s’explique.

Le 29 novembre en Conseil des ministres, Félix Tshisekedi a recadré José Sele Yalaghuli. Détenteur du portefeuille des Finances, ce membre du PPRD (parti de l’ex-président Joseph Kabila) est accusé de bloquer les autorisations de paiement nécessaires au bouclage du « programme d’urgence des cent jours ».

Engagé par l’actuel chef de l’État le 2 mars, ce plan d’action tourne au ralenti depuis la nomination, en août, d’un gouvernement où les « kabilistes » occupent des ministères clés.

Le cabinet du ministre des Finances évoque de son côté la rigueur que s’est imposé l’exécutif dans la gestion des ressources publiques, au regard du programme notamment signé avec le FMI. Celui-ci oblige le gouvernement à respecter plusieurs critères pour obtenir les décaissements nécessaires au financement des programmes du gouvernement. Par ailleurs, souligne le ministère, le « programme d’urgence des cent jours » n’est pas pris en charge dans le budget 2019.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte