Politique économique

En Tunisie, dernières passes d’armes entre Youssef Chahed et Samir Majoul (Utica)

Le Premier ministre en fonction Youssef Chahed et le président de l'Utica, Samir Majoul, le 26 février 2018

Le Premier ministre en fonction Youssef Chahed et le président de l'Utica, Samir Majoul, le 26 février 2018 © MOHAMED MESSARA/EPA/MAXPPP

Encore chef du gouvernement, Youssef Chahed doit essuyer les critiques et attaques du patron des patrons, Samir Majoul, qui ne lui pardonne pas ses choix fiscaux et les impayés de l’État.

Jusqu’au bout, les deux hommes se seront affrontés. Samir Majoul, le président de l’Utica, le syndicat patronal, a jugé, à la fin de novembre, que le dernier projet de loi de finances porté par le chef du gouvernement, Youssef Chahed – en attendant que Habib Jemli réussisse à former un gouvernement –, ne pouvait pas « relancer l’investissement », notamment à cause de l’absence d’une stratégie claire.

Une énième critique du patron des patrons – élu en janvier 2018 pour succéder à Wided Bouchamaoui – contre le chef du gouvernement. Samir Majoul a critiqué entre autres la forte TVA sur les équipements importés, qui freine, selon lui, le développement des sociétés tunisiennes.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte