Sécurité

[Infographie] Au Sahel, les motos de la terreur

Dans la région du Kanem, au Tchad, en avril 2012.  Photo d'illustration.

Dans la région du Kanem, au Tchad, en avril 2012. Photo d'illustration. © Ben Curtis/AP/SIPA

L’application des mesures censées réguler la circulation des deux-roues, très utilisés par les groupes jihadistes au Sahel, reste difficile.

Robustes, peu chères et rapides, les motos importées d’Asie rencontrent un franc succès sur le continent. Y compris auprès des groupes jihadistes, plus difficiles à repérer et à cibler lorsqu’ils circulent à deux-roues.

Plusieurs pays ont tenté de réguler la circulation de ces engins en mettant en place soit une interdiction partielle – à travers un couvre-feu – soit une interdiction totale. Mais l’application de ces mesures reste difficile, ces motos étant le principal moyen de locomotion des populations en zone rurale. Décryptage.

Les motos de la terreur

Les motos de la terreur © JA

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte