Dossier

Cet article est issu du dossier «Descente aux enfers pour South Africain Airways»

Voir tout le sommaire
Transport aérien

Transport aérien : un marché domestique très disputé pour South African Airways

Réservé aux abonnés | | Par
Un appareil de South African Airways à l'aéroport de Durban (photo d'illustration).

Un appareil de South African Airways à l'aéroport de Durban (photo d'illustration). © MeRyan, CC, Wikimedia Commons

La concurrence est particulièrement rude sur le marché des vols intérieurs en Afrique du Sud, ce qui ne donne guère de base arrière solide à la compagnie nationale.

Avec des vols entre Le Cap et Johannesburg à 600 rands (45 euros pour deux heures et demie de voyage), le marché domestique sud-africain est, au kilomètre, l’un des moins chers du monde.

S’y affrontent trois compagnies low cost, Mango (2,9 millions de passagers en 2017), filiale performante de South African Airways créée en 2006, et les privés FlySafair et Kulula, une filiale de Comair.

Ce dernier exploite également des vols domestiques sous licence de British Airways. Se font face également, sur les marchés domestique et régional, Airlink et South African Express, filiale de SAA, qui perd près de 50 millions de dollars par an.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte