Justice

Gabon : soupçons et auditions dans l’opération Scorpion contre la corruption

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Grégory Laccruche Alihanga, le maire d’Akanda.

Grégory Laccruche Alihanga, le maire d’Akanda. © DR

Sous la houlette du procureur André Patrick Roponat, l’opération Scorpion a abouti à 11 placements en détention préventive et à au moins 20 gardes à vue à la Direction générale des recherches.

La Cour criminelle spéciale, que dirige Alex Mombo, premier président de la cour d’appel de Libreville, mène ses auditions à l’École nationale de la magistrature, sur la base d’informations fournies par les directions générales des contre-ingérences et de la sécurité militaire, et des services spéciaux.

Les détenus sont (ou étaient) des cadres de la Société gabonaise de raffinage (Sogara), de la Société équatoriale des mines, de l’Office des ports et des rades du Gabon (Oprag), de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale, de la Caisse des dépôts et consignations et de la Gabon Oil Company (GOC).

Soupçons de détournement de fonds publics

Ces prévenus sont pour la plupart suspectés de détournement ou de complicité de détournement de fonds publics. Les soupçons portent sur des sommes transférées depuis la GOC (environ 85 milliards de francs CFA, soit 130 millions d’euros), l’Oprag (6 milliards) ou la Sogara (6 milliards) à Dupont Consulting Company notamment.

Les noms des ministres Noël Mboumba et Brice Laccruche Alihanga ont été évoqués lors de plusieurs auditions

D’autres sociétés sont concernées. Les noms des ministres Noël Mboumba (ex-directeur général de la Sogara) et Brice Laccruche Alihanga (ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba) ont été évoqués lors de plusieurs auditions. Du fait de leur statut, ils n’ont pas pour l’instant été interrogés. Les enquêteurs se tiennent prêts au cas où l’exécutif déciderait de les mettre à leur disposition.

Étranges transferts

Dans le cadre de l’opération Scorpion, les enquêteurs s’interrogent sur des transferts de fonds entre des agences d’État et plusieurs entreprises que gère Grégory Laccruche Alihanga, maire d’Akanda et frère de Brice Laccruche Alihanga (« BLA »), interpellé le 27 novembre.

Parmi celles-ci, Dupont Consulting Company (DCC, créée en juin 2017 et ainsi baptisée en hommage à Élisabeth Dupont, la mère de l’édile et de BLA). DCC est connue au Palais du bord de mer : en 2017, elle a réalisé un audit de son intendance, à l’initiative de BLA. Grégory Laccruche Alihanga est aussi gérant d’au moins quatre autres sociétés (Equarius SA, Capella SA, Omega Investments et Ossa Finances).

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte