Politique

Présidentielle en Algérie : les conditions des candidats pour un débat télévisé inédit

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 3 décembre 2019 à 11:07

Les cinq candidats à l’élection présidentielle algérienne (de gauche à droite, Azzedine Mihoubi, Abdelmadjid Tebboune, Abdelkader Bengrina, Ali Benflis et Abdelaziz Belaïd), en octobre 2019 à Alger. © Fateh Guidoum/AP/SIPA

Si certains candidats à l’élection présidentielle du 12 décembre ont donné leur accord sans réserve pour participer à un débat télévisé, d’autres ont posé leurs conditions.

Trois des candidats à la présidentielle du 12 décembre ont donné leur accord « sans condition » pour débattre, vendredi 6 décembre, à la télévision : Ali Benflis, Abdelaziz Belaïd et Azzedine Mihoubi. Abdelkader Bengrina et Abdelmadjid Tebboune veulent, eux, consulter leurs équipes respectives avant de donner leur réponse définitive.

Dans une lettre adressée à la direction de l’information de l’ENTV (télévision publique), Tebboune explique être en butte à des accusations de la part de médias privés. Il dit aussi craindre que les échanges avec les intervieweurs ne tournent à des attaques personnelles.

Le débat sera dirigé par deux animateurs de l’ENTV, auxquels se joindront des journalistes de chaînes privées accréditées à Alger. En cas de désistement de l’un des cinq candidats, il sera annulé.