Justice

[Chronique] Soudan : Omar el-Béchir ne sera pas extradé vers la CPI

Glez

© Glez

Le nouvel homme fort du Soudan a refusé d’extrader l’ex-président Omar el-Béchir, destitué en avril et qui fait l’objet depuis plusieurs années d’un mandat d’arrêt international émis par la Cour pénale internationale (CPI).

Le 22 novembre, le général al-Burhan, le numéro un soudanais, a affirmé qu’Omar el-Béchir ne serait pas livré à la CPI, qui a pourtant émis un mandat à son encontre pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide au Darfour.

Motifs invoqués : le Soudan n’a pas signé le Statut de Rome, constitutif de la CPI, et l’ex-président est déjà jugé, à Khartoum, pour des faits de corruption. Il comparaîtra peut-être plus tard devant la justice de son pays pour son rôle dans le coup d’État qui le mena au pouvoir en 1989.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte