Justice

[Chronique] Soudan : Omar el-Béchir ne sera pas extradé vers la CPI

Glez

© Glez

Le nouvel homme fort du Soudan a refusé d'extrader l'ex-président Omar el-Béchir, destitué en avril et qui fait l'objet depuis plusieurs années d'un mandat d'arrêt international émis par la Cour pénale internationale (CPI).

Le 22 novembre, le général al-Burhan, le numéro un soudanais, a affirmé qu’Omar el-Béchir ne serait pas livré à la CPI, qui a pourtant émis un mandat à son encontre pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide au Darfour.

Motifs invoqués : le Soudan n’a pas signé le Statut de Rome, constitutif de la CPI, et l’ex-président est déjà jugé, à Khartoum, pour des faits de corruption. Il comparaîtra peut-être plus tard devant la justice de son pays pour son rôle dans le coup d’État qui le mena au pouvoir en 1989.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte