Société

[Chronique] « Against English », une révolte contre l’anglicisation

Réservé aux abonnés | |

Par  Fouad Laroui

Ecrivain

Des intellectuels néerlandais se rebellent contre l'anglais (image d'illustration).

Des intellectuels néerlandais se rebellent contre l'anglais (image d'illustration). © Pixabay CC0

À Amsterdam, des universitaires et des écrivains ont donné le coup d’envoi d’un mouvement assez imprévu : une révolte contre l’anglicisation des Pays-Bas.

Ça s’est passé mardi 26 novembre dernier, dans une salle de conférences d’Amsterdam. Des universitaires et des écrivains ont donné le coup d’envoi d’un mouvement assez imprévu : une révolte contre l’anglicisation des Pays-Bas, en particulier des universités. Pour un pays où tout le monde parle anglais, où les enfants se mettent à l’apprendre dès le cours préparatoire, c’est remarquable.

À cette occasion, vingt-cinq personnalités ont présenté un pamphlet intitulé Against English (éditions Wereldbibliotheek)… Chacune a exposé les raisons pour lesquelles elle avait participé à cet ouvrage collectif. Par exemple : lire l’ouvrage d’un Albanais ou d’un Colombien en traduction anglaise est un appauvrissement, parce que les traducteurs américains ont tendance à simplifier les choses pour toucher un plus large public – des exemples hilarants furent donnés.

Donner des cours dans la langue de Shakespeare (soi-disant…) revient en fait à les donner dans la langue des films et des séries télévisées, une langue vulgaire, pauvre et sans nuances.

Appauvrissement culturel

Élever les enfants dans un environnement où l’anglais va de soi brouille leur identité. Ils ne savent plus très bien qui ils sont. Le contact avec les ancêtres est rompu. Et la maîtrise du néerlandais (qui est en soi une langue très riche), considéré alors comme une langue seconde, « provinciale », chute dramatiquement.

Un des orateurs raconta une scène hilarante qui illustre un aspect des choses, à savoir que beaucoup de gens croient maîtriser parfaitement l’anglais, mais que c’est rarement le cas, en fait. L’ancien Premier ministre Lubbers devait prononcer un discours de bienvenue devant une délégation d’hommes d’affaires américains. Ce discours, il aurait dû le tenir dans la langue officielle de son pays. Mais non : Lubbers connaissait l’anglais, nom de D… !, who needs a translator ?

Un seul a refusé cette mascarade et a continué à parler néerlandais : moi. Le Maghrébin

Pour inciter les businessmen yankees à investir dans le polder, il se mit à exalter les vertus – très réelles – des entrepreneurs locaux. « Entrepreneur » se dit ondernemer en néerlandais, qui se traduit littéralement par undertaker en anglais – sauf qu’un undertaker, en anglais, c’est un ordonnateur de pompes funèbres. Les hommes d’affaires entendirent donc, médusés, un Premier ministre faire l’éloge des croque-morts de son pays. Ils devaient se regarder les uns les autres, le sourcil froncé : « C’est dans ce domaine que ce monsieur veut que nous investissions ? On meurt beaucoup, ici ? Est-ce parce qu’ils ont légalisé l’euthanasie ? »

Quand mon tour fut venu, je racontai la scène suivante : Il y a quelques semaines, lors d’une réunion à l’université, nous étions huit, dont un étudiant allemand qui parlait mal le néerlandais. Comme un seul homme, les autres (tous des Néerlandais) se sont mis à parler anglais, plus ou moins bien. Un seul a refusé cette mascarade et a continué à parler néerlandais : moi. Le Maghrébin.

La langue de Trump

Enfin, quelqu’un fit remarquer que l’anglais, lingua franca du monde, avait un certain attrait quand c’était la langue d’Obama, cet homme intelligent et cultivé. Aujourd’hui que c’est celle de ce quasi-analphabète vulgaire et menteur qui a nom Trump, il devient problématique de l’utiliser.

Le mouvement né mardi dernier a l’intention de traduire en actes concrets sa révolte. Par exemple, les enseignants seront incités à refuser le processus d’anglicisation de l’université – celle de Maastricht, par exemple, a déjà basculé vers le tout-anglais…

Dans mon coin, je me faisais la réflexion suivante : dans certains pays d’Afrique, en particulier du Maghreb, certains hommes politiques se croient malins en prônant le remplacement du français par l’anglais – du moins dans l’enseignement. Cette politique de Gribouille est d’autant plus étrange que dans ces pays-là, la langue dite « nationale » n’est même pas maîtrisée. On prépare donc des générations qui seront médiocres dans toutes les langues, y compris la leur. À quand un mouvement Against English dans les pays où le français fait l’affaire, vaille que vaille, depuis des décennies ?

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte