Diplomatie

Libye : la bataille en coulisses entre Ghassan Salamé et Moussa Faki Mahamat

Infographie JA

© Infographie JA

Ghassan Salamé, envoyé spécial des Nations unies en Libye, et Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, s’opposent notamment sur l’opportunité de créer un poste de médiateur conjoint ONU-UA pour résoudre la crise qui secoue le pays depuis plusieurs années.

« En aidant la Libye, nous nous aidons nous-mêmes », affirmait le Tchadien Moussa Faki Mahamat lors d’une réunion du comité de l’Union africaine (UA) sur la crise libyenne. C’était en avril 2018, à Addis-Abeba. À l’époque, le président de la Commission de l’UA ne tarissait pas d’éloges sur son « frère » Ghassan Salamé, nommé quelques mois plus tôt représentant du secrétaire général des Nations unies pour la Libye, louant « la détermination et le dynamisme avec lesquels il s’acquitt[ait] de ses lourdes responsabilités ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte