Elections

Présidentielle en Algérie : l’ex-ministre Azzedine Mihoubi voit grand

Azzedine Mihoubi lors d’une conférence de presse à son QG de campagne, à Alger, le 16 novembre.

Azzedine Mihoubi lors d’une conférence de presse à son QG de campagne, à Alger, le 16 novembre. © RYAD KRAMDI/AFP

Sa candidature à la présidentielle est passée presque inaperçue. Mais l’ex-ministre entend bien troubler le duel annoncé entre Benflis et Tebboune.

Sur les hauteurs d’Alger, le ballet incessant de voitures rompt la tranquillité de la rue où Azzedine Mihoubi, candidat du Rassemblement national démocratique (RND), a installé une partie de son QG de campagne. Le 23 octobre, huit mois pile après le déclenchement de la révolution qui a conduit à la chute du président Abdelaziz Bouteflika, l’écrivain, ministre de la Culture de 2015 à 2019, a été le premier à déposer son dossier de candidature à l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie).

Pour faire campagne, l’homme s’est entouré de fidèles, anciens du ministère pour la plupart. À la tête de cette garde rapprochée, l’avocat Mohamed Fadene, ex-député RND, qui accompagne Mihoubi depuis 1987. Tous croient dur comme fer que leur champion, qui apparaît comme le candidat le moins lié à l’ancien régime, peut créer la surprise. Face à lui, Abdelkader Bengrina, ancien ministre du Tourisme sous Bouteflika, Abdelaziz Belaïd, ancien cadre du Front de libération nationale (FLN), et, surtout, deux anciens Premiers ministres de Bouteflika, Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune.

Force tranquille

Présenté un temps comme le favori du régime, Abdelmadjid Tebboune a vite vu le vent tourner en sa défaveur. Le premier jour de la campagne, c’est son directeur de campagne et trésorier, Abdallah Baali, qui claque la porte. Depuis, la chaîne de télévision Ennahar – réputée proche du pouvoir – a enfoncé le candidat en révélant ses liens avec Omar Alilat, un homme d’affaires inculpé pour corruption. Et en exhumant les photos d’un périple pas très « halal » en Moldavie, où il voyage en jet privé avec des hommes d’affaires sulfureux.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte