Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique-France, le grand malentendu : enquête sur le sentiment anti-français»

Voir tout le sommaire
Politique

Au Maroc, les critiques sont récurrentes contre « Hizb França », le parti de la France

Des salariés de Centrale Danone manifestent devant le Parlement marocain, le 5 juin 2018, contre le boycott (image d'illustration).

Des salariés de Centrale Danone manifestent devant le Parlement marocain, le 5 juin 2018, contre le boycott (image d'illustration). © REUTERS/Youssef Boudlal

Jugée partiellement responsable d’une sorte de prédation économique et du maintien d’une certaines prédominance culturelle dans la société marocaine, la France revient régulièrement sous le feu des critiques.

« La France, c’est l’autre face des talibans ! » Interpellé à la Chambre des représentants, Mustapha Ramid, le très conservateur ministre d’État marocain chargé des Droits de l’homme et des Relations avec le Parlement, n’a pas mâché ses mots.

À l’en croire, c’est la preuve qu’aucun pays n’a le monopole des politiques liberticides. De manière générale, la vague d’islamophobie et de racisme qui balaie la France ne laisse pas les citoyens marocains indifférents. Souvent, elle les effare, et, sur les réseaux sociaux, Ramid reçoit de nombreux soutiens. N’arrive-t-il pas à des personnalités françaises d’émettre des avis sur la société maghrébine ?

La France est toujours très présente dans la vie économique marocaine et continue de s’octroyer nombre de marchés publics. Quelque 80 000 Marocains travaillent dans ses entreprises (un millier, au total) et leurs filiales (au nombre d’environ 700). Plusieurs fleurons de l’industrie française, parmi lesquels Alstom, sont présents dans le royaume. Et leurs salariés marocains travaillent souvent sous les ordres de cadres français.

Prédation économique

Lors de tel ou tel mouvement social, il arrive d’ailleurs que la présence française soit jugée partiellement responsable d’une sorte de prédation économique. En 2011, à l’orée du Printemps arabe, puis en 2015, de nombreux Tangérois manifestant devant Amendis, filiale de Veolia, société gestionnaire de l’accès à l’eau dans la ville, scandaient un slogan sans équivoque : « Amendis dégage ! »

En 2018, Centrale Danone, filiale marocaine du groupe français, fit largement les frais du boycott de certaines grandes marques de l’agroalimentaire

En 2018, lors de l’important mouvement de boycott de grandes marques de l’agroalimentaire symbolisant, selon ses partisans, la collusion entre milieux d’affaires et classe politique, Centrale Danone, filiale marocaine du groupe français, fit largement les frais de la mobilisation. Résultat : un déficit d’environ 540 millions de dirhams en 2018.

Prédominance culturelle

Mais la présence de la France est aussi « immatérielle ». Le legs colonial d’agir alors comme le symbole d’une rupture dans la société. Si elle est largement répandue, la francophonie l’est plus encore dans les élites, pour qui une bonne éducation dans une institution française reste un excellent moyen de se distinguer socialement.

En s’implantant dans le royaume, nombre de grandes écoles participent d’ailleurs, indirectement, au maintien de la prédominance culturelle française dans la société marocaine. Ici, comme ailleurs au Maghreb, l’expression « Hizb França » (le parti de la France) désigne ceux à qui l’on reproche d’être trop proches de la culture ou des intérêts de la France.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte